Livre : Les Suprêmes

Coup de coeur : Les Suprêmes de Edward Kesley Moore.

Résumé : Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées depuis : tout le monde les appelle « les Suprêmes » en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines aussi puissantes que fragiles ont, depuis leur adolescence, fait de l’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana longtemps marquée par la ségrégation leur quartier général où, tous les dimanches, entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de nourritures diététiquement incorrectes tout en élaborant leurs stratégies de survie.

Mon avis : Ça ne m’arrive pas assez souvent à mon goût, mais de temps en temps je tombe sur le livre qui me donne envie de rallonger mes trajets de métro, qui rend difficile ma concentration à force de veiller tard le soir (concentration qui se rétablit bizarrement au moment où je ré-ouvre le livre) et qui me fait lâcher quelques larmes à la fin, car indépendamment de ce qu’il s’y passe, c’est le fait de devoir clore ce petit moment de bonheur qui me met dans cet état assez ridicule, je le concède, mais que celle à qui ce n’est jamais arrivé me lance la première pierre !

Ce livre fait partie de ceux-là. Je me suis fais happer par cette histoire, par ses trois héroïnes qui sont -qu’elles le veuillent ou non- mes nouvelles meilleures amies. Au début de ma lecture, je ne pensais pas réussir à me projeter dans leurs vies, à m’intéresser et me sentir concernée par ce qu’elles avaient vécu… Et pourtant ! Odette, Barbara Jean et Clarice sont toutes les trois plus attachantes les unes que les autres, et au fil des pages on ne peut s’empêcher de rire et/ou de pleurer face à leur vie, leur courage et l’amitié indéfectible qui les unit. Une belle histoire de femmes, pour celles qui ont aimé le livre La couleur des sentiments de Kathryn Stockett , le film Beignets de tomates vertes de Jon Avnet, n’hésitez pas, foncez !

Temps de lecture : Il vous faudra seulement quelques heures pour venir à bout de ses 300 pages. Nous vous recommandons de le lire confortablement installé dans votre canapé, et il est d’autant plus agréable d’avoir toute votre petite famille (ou pas) autour de vous, si votre capacité de concentration le permet.

Pour qui ? J’ai envie de conseiller ce livre au monde entier, mais pour cibler un poil, il vous suffit d’être un être (je pencherai plus pour le genre féminin mais si un mâle l’a lu, qu’il se manifeste et me dise ce qu’il en a pensé !) avide de chroniques familiales, amicales, émouvantes : la vie en fait.

En plus : Mr Edward Kesley Moore signe ici son premier roman !  En vue du succès du livre et si l’on prend l’exemple de La Couleur des sentiments, on peut s’attendre à une adaptation cinématographique dans les mois qui viennent, du moins je l’espère très fort.

Les SuprêmesLes Suprêmes de Edward Kesley Moore (édition Actes Sud)

Il n'y a pas encore de commentaires.

Publier votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


un + = 7